D’un océan à l’autre

Transcription

Plus de 6 fois le tour de la terre : c’est la longueur des côtes canadiennes. Nos océans correspondent à presque 60 % de la masse continentale du pays. Ils sont vastes, mais si fragiles. Parcs Canada crée un réseau d’aires marines nationales de conservation, de l’Atlantique au Pacifique, de l’Arctique aux Grands Lacs. Parcs Canada conserve ces précieux joyaux grâce à la science, à la protection, à la restauration, à l’éducation et à une gestion visant une utilisation écologiquement viable.

Nous avons besoin de vous. Il faut travailler ensemble. Les Canadiens peuvent être fiers de protéger les écosystèmes marins, d’agir contre les changements climatiques et d’explorer ces endroits à couper le souffle.

Pour la nature, pour nous, pour notre futur.

Qui?

Parcs Canada est responsable pour les parcs nationaux et les lieux historiques nationaux. Cette agence a aussi le mandat de mettre sur pied un système national d'aires marines protégées : le Programme des aires marines nationales de conservation dont le but est de représenter la diversité des milieux marins du Canada dans les océans Atlantique, Arctique et Pacifique, et les Grands Lacs.

Pourquoi?

Le Canada a plus de 243 000 km de côte le long de trois océans, auxquels s'ajoutent 9 500 km aux abords des Grands Lacs - le plus long littoral au monde. Les écosystèmes marins près de ces côtes sont vastes, variés, productifs - et précieux. Nous avons la responsabilité, sur les plans national et international, de protéger des échantillons de ces milieux marins pour les générations présentes et futures.

Quoi?

Les aires marines nationales de conservation, abrégée AMNC, sont des aires marines gérées afin de protéger et de conserver des écosystèmes marins représentatifs et leurs composantes clés, tout en favorisant l’utilisation écologiquement viable des ressources marines. Elles comprennent les fonds marins et la colonne d’eau qui les recouvrent, et peuvent également englober des terres humides, des estuaires, des îles et d'autres terres côtières.

Les AMNC sont protégées de certaines activités, comme le déversement en mer, l'exploitation minière sous-marine, et l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures. Les activités de pêche traditionnelle s'y poursuivraient, dans la mesure où leur gestion a pour but principal la conservation des écosystèmes.

Les AMNC sont créées pour représenter les régions marines et démontrer que les mesures de protection et de conservation peuvent s'harmoniser avec l'utilisation des ressources dans les écosystèmes marins. La gestion des AMNC exige l'établissement de partenariats avec les intervenants, les communautés côtières, les peuples autochtones, les gouvernements provinciaux et territoriaux, et les ministères et organismes fédéraux concernés.

Le programme d' AMNC vise différents objectifs :

  • représenter la diversité des milieux océaniques du Canada, et ceux des Grands Lacs
  • assurer le maintien des processus écologiques et des systèmes nécessaires à la vie
  • servir de modèle d'utilisation durable des espèces marines et des écosystèmes marins
  • protéger les espèces marines en déclin, vulnérables, menacées ou en voie de disparition, et leurs habitats
  • servir à l'interprétation et aux loisirs
  • contribuer à l'expansion du réseau mondial d'aires marines protégées

Comment?

Les modalités de la création d'une AMNC sont décrites dans la Politique sur les aires marines nationales de conservation. L'établissement des AMNC est guidé par le plan de réseau national d'un océan à l'autre. Comme le but de Parcs Canada est de représenter chacune des 29 régions marines, la création de nouvelles AMNC est concentrée sur les régions non représentées.

Les étapes pour la création d'une nouvelle AMNC sont les suivantes :

  1. L'identification des aires marines représentatives (sites candidats), prend en considération :
    • les caractéristiques géologiques (falaises, plages, îles sur la côte, écueils, bassins, cuvettes, plate-formes dans les fonds marins)
    • les caractéristiques marines (marées, glaces, masses d'eau, courants, salinité, influence des eaux douces)
    • les habitats côtiers et marins (terres humides, estrans, estuaires, zones de forts courants, zones protégées, zones côtière et hauturière, zones peu profonde et profonde)
    • la biologie (végétaux, plancton, invertébrés, poissons, oiseaux de mer et mammifères marins)
    • les éléments archéologiques et historiques
  2. Le choix d'une AMNC potentielle parmi les aires candidates implique l'examen des facteurs suivants :
    • qualité de la représentation régionale
    • importance au maintien de la biodiversité
    • la protection des habitats essentiels à la survie des espèces en danger
    • éléments naturels et culturels exceptionnels
    • aires marines protégées existantes ou prévues
    • réduire au minimum les conflits avec les utilisateurs des ressources
    • menaces à la pérennité des écosystèmes marins
    • répercussions des revendications et des traités des Autochtones
    • potentiel d'éducation et d'appréciation
    • valeur pour la recherche et le suivi environnemental
  3. L'évaluation de la faisabilité d'une AMNC requiert la collaboration et l'appui :
    • d'autres ministères fédéraux et du gouvernement provincial ou territorial impliqué
    • des collectivités locales, des intervenants régionaux et des Autochtones de la région
    De vastes consultations sont entreprises. Des groupes de travail et des organes consultatifs peuvent être formés afin de développer et d'évaluer les projets d' AMNC. Les propositions de création AMNC peuvent aussi être considérées au sein d'autres mécanismes de planification.
  4. Négociation d'une entente
    Si l'étude de faisabilité indique que l'initiative reçoit l'appui nécessaire, une entente fédérale-provinciale ou fédérale-territoriale est négociée pour fixer les modalités de création et de gestion de l' AMNC.
  5. Création d'une AMNC
    Les AMNC sont créées en vertu de la Loi sur les aires marines nationales de conservation du Canada

Où?

Il existe actuellement cinq aires marines nationales de conservation :

Outre celles-ci, plusieurs autres sites sont proposés et en sont à diverses étapes du processus d’établissement. Le nombre d’AMNC devrait augmenter au cours des prochaines années.